polynesie trip tahiti

Iles Australes

Iles Australes

Rurutu « l’île aux baleines »

Située à 572 km au sud de Tahiti, L’île de Rurutu est unique en Polynésie. Elle est dépourvue de lagon et bordée de falaises. L’île est truffée de grottes calcaires possédant des stalactites et stalagmites. Due à l’absence du lagon, la baignade n’est pas possible, par contre l’île est parsemée de sentiers à travers la montagne où  l’on peut bénéficier de panoramas grandioses.

Le nom légendaire de “Eteroa” a été donné à Rurutu, île atypique et unique en son genre. Cette île troglodyte offre l’originalité de ses plateaux carbonatés soulevés, bordés de falaises verticales surplombant la mer, troués par de nombreuses grottes et galeries souterraines empreintes de légendes. Fière de son ancestral “lever de pierre”, démonstration de force faisant l’objet d’âpres compétitions, Rurutu l’est également de sa production de taro, dont les champs traversés de canaux sont remarquablement entretenus.

Tubuai « l’île de l’abondance »

Tubuai est le centre économique et administratif des Australes. C’est la plus peuplée et la plus vaste de l’archipel. Composée de deux chaînes de montagnes, avec Taita (422 m) son point culminant, l’île est entourée d’un lagon turquoise, poissonneux et de quelques motu. Le village principal Mataura rassemble la poste, la mairie, la gendarmerie, les écoles et quelques commerces. Pour les visiteurs, il y a des pensions de familles qui permettent de jouir des plaisirs de l’île.

Offrant de belles plongées, de splendides panoramas et de plateaux riches en culture de taro …Tubuai a fait l’objet d’une histoire intéressante : celle où les fameux mutinés du Bounty choisissent de s’y cacher de la marine britannique avant de partir sur Pitcairn.  La plaine côtière suffisamment large de l’île en fait un grand centre de productions vivrières et horticoles alimentant les marchés de Tahiti. Le mont Taita culmine à 422 mètres et la chaîne occidentale formant le profil de “l’Homme couché” est le but de randonnées assez aisées. Une route traversière depuis Mataura, chef-lieu au Nord jusqu’à Mahu, au Sud, suivant une petite dépression, permet de découvrir les paysages champêtres de l’intérieur de l’île.

Raivavae

Avec ses îlots découpés où nichent des multitudes d’oiseaux marins dont les cris stridents font écho au va- et – vient du ressac et au chant du lointain récif, Raivavae, presque irréelle, semble flotter dans son lagon émeraude.

C’est, dit-on, l’une des plus belles terres du Pacifique sud. Et l’une des îles les plus sauvages.

Ses montagnes de velours vert sombre, dont les pentes couvertes de fougères accrochent des lambeaux de nuages, culminent à plus de 400 mètres dans le ciel.

Après avoir franchi les quelque 630 kilomètres qui séparent cette île de celle de Tahiti, le Tuhaa Pae II qui a caboté d’île en île, se range au quai de Rairua, toutes les deux à trois semaines.